SUEZ

COMMENT TIRER LES BENEFICES D’UNE EAU PLUS DOUCE POUR TOUS

SUEZ

Expert mondial des métiers de l’eau et des déchets, SUEZ accompagne les villes et les industries dans l’économie circulaire pour préserver, optimiser et sécuriser les ressources essentielles à notre avenir.

Le contexte du défi

L’eau actuellement produite par SUEZ dans le Sud de l’Ile de France, est « moyennement dure » à « dure » (entre 23°f – 35° f) selon son origine superficielle ou souterraine. La dureté est exprimée en titre hydrotimétrique (TH) et se mesure en degrés français °f. Elle indique la concentration en calcium et en magnésium d’une eau. 1°f = 10 mg/l de carbonate de calcium. Le bassin parisien dispose d’un sous- sol très calcaire, ce qui explique que l’eau en soit particulièrement chargée. Lorsque le calcaire est trop présent dans l’eau, il devient une source de désagrément directement supporté par l’utilisateur d’eau qu’il soit particulier, collectivité ou acteur économique.

Le calcaire est donc le premier motif d’insatisfaction des usagers. 90% de ces derniers affirment lutter contre le calcaire et près de 85 % d’entre eux souhaitent la mise en place d’une solution collective de traitement[1]. Un projet est donc actuellement en cours d’études avec les territoires pour abaisser la dureté de l’eau et fournir une eau douce (TH<15°f) à près de 1,2 millions de sud franciliens.

Les surcoûts liés à l’excès de calcaire pour les consommateurs sont bien connus et valorisés par de nombreux retours d’expériences que l’on peut retrouver dans les études ou encore la presse spécialisée. Ces surcoûts sont de l’ordre de 100 €/an par foyer, consécutifs à :

  • L’emploi accru de produits ménagers et cosmétiques (détergents, adoucissants, anticalcaire, crèmes hydratantes, savon surgras) (40€)
  • Une surconsommation des appareils électriques (13€) et du chauffage au gaz (7€), soit 20% des surcoûts
  • La détérioration et l’impact sur la durée de vie des appareils électroménagers (40€)
  • D’autres surcoûts peuvent intervenir également pour certains publics comme l’obstruction des conduites d’eau chaude (bailleurs), installation d’adoucisseurs individuels ou collectifs, consommation d’eau en bouteille ou utilisation de carafes filtrantes (inefficace sur le calcaire).

Par ailleurs, le gain de CO2 par foyer de l’utilisation d’une eau plus douce est quant à lui estimé à 25kg/an.

Le calcaire se retrouve dans tous les usages de l’eau et chaque consommateur contribue à des usages collectifs de l’eau directs ou indirects. Ainsi de nombreux acteurs économiques du territoire sont concernés par les surcoûts du calcaire (surconsommations de réactifs ou d’énergie, réparations ou remplacement prématuré des équipements), et certains s’équipent donc afin de limiter les surcoûts et nuisances, induisant un impact économique, énergétique et environnemental significatif à l’échelle du département.

Comme dans la plupart des enjeux environnementaux, une partie des bénéfices à tirer d’un développement technologique est fortement conditionnée par le changement des habitudes et des comportements de consommation des usagers (par exemple dans ce cas la consommation de détergents, de savons, le réglage des équipements électroménagers, l’arrêt et/ ou le réglage des adoucisseurs etc…).

Plus globalement, les secteurs de l’eau et de l’énergie ont vu l’émergence de nombreuses technologies incluant capteurs (ex compteurs intelligents) et chaines d’analyse et de restitution pour piloter, à la fois par les opérateurs gestionnaires et les utilisateurs, les consommations de fluides et les impacts associés.

La communication ante et post mise en service d’une technologie est un levier majeur pour l’optimisation des bénéfices économiques et environnementaux.

Dans le cadre des projets d’adoucissement d’eau, SUEZ accompagne et se propose ainsi de mesurer systématiquement la satisfaction des usagers ou l’intensité des changements des comportements. Les outils utilisés peuvent- être les suivants : enquêtes de consommateurs, cahiers de comportements, diagnostics technico- économiques, en amont de la mise en service et après la mise en service. D’autres outils digitaux peuvent également être mis en œuvre, associés en cela aux applicatifs déjà existant.

[1] Sondage SOFRES pour SUEZ Eau France, 2016

Problème(s) à résoudre

L’objectif de ce défi est de proposer, en complément de l’existant, un outillage innovant, plus interactif avec l’usager et de vulgarisation, pour l’accompagnement « au quotidien » des usagers particuliers et professionnels dans la transition de leurs pratiques de consommation d’eau, profitant en cela de l’arrivée de l’eau douce.

Cet outillage doit apporter formation et formes de « coaching », en identifiant parallèlement les économies réalisées notamment sur le volet énergie. Informer sur l’eau douce offre également l’opportunité d’intégrer dans cet outillage les fondamentaux autour de la consommation d’eau et de la préservation de la ressource (éco -gestes pour les particuliers et les professionnels, rappel sur la qualité de l’eau du robinet et les gains économiques liés à la consommation d’eau du robinet plutôt que l’eau embouteillée).

Ainsi, l’outillage proposé devra répondre aux spécificités des différentes segmentations d’usagers particuliers (propriétaire, locataire, habitation pavillonnaire, en immeuble, composition et consommation d’eau du foyer) et professionnels (bailleurs, artisans commerçants, collectivité et administrations).

Il pourra être intéressant de travailler ces outils sur une segmentation supplémentaire d’attente de l’usager vis-à-vis du traitement du calcaire : « Dermato sensibles » « équipement sensible », « neutre », « détaché » cela permettra de définir une liste d’acteurs « très attentifs » au sujet. Ces foyers constituants des sentinelles.

Tout l’enjeu repose sur le passage de l’usager de l’information à l’action

Les livrables attendus sont :

= >  une note fonctionnelle en fonction de la typologie des usages et des usagers

= >  une proposition détaillée d’outillage prototype à déployer s’intégrant dans un écosystème applicatif déjà existant.

Données d’entrées et matériel

Suez tient à la disposition du prestataire études et documentation existantes (analyses consommateurs, descriptif du projet technique, déterminants de la consommation d’eau, exemples d’outils d’analyse de la consommation. Il est nécessaire d’être force de proposition.

Partenariats recherchés

  • Compétences et intérêt pour l’activité eau.
  • Aptitude sociologique et compréhension des comportements, gamification
  • Compétences digitales, développements d’applicatifs digitaux
  • Approches collaboratives multi-acteurs (monde associatif), accompagnement du changement
PARTICIPER À CE DÉFI

FORMULAIRE D’INSCRIPTION AU DÉFI

#ENSEMBLE

Vous souhaitez être informé des défis d’open-innovation des industriels et grands comptes pour l’édition 2018.
Laissez-nous votre adresse mail pour que nous puissions vous les adresser en avant première.


PARTICIPER À L’ÉVÉNEMENT
2018-02-23T12:38:29+00:00