DRIM’in Live

Restez connecté avec la transition énergétique et écologique
sur Saclay.

Recevoir les nouveaux articles.

À la recherche de d’informations ou d’inspirations ?
Recevez notre newsletter.


Entretien avec Bernard Monnier au coeur de l’événément DRIM’in Saclay

Cedric Villani
Les 16 et 17 avril se déroulait la 5e édition de DRIM’in Saclay. En voici un premier écho à travers le témoignage de son co-organisateur (avec la CCI de l’Essonne). Il revient sur une des thématiques dédiées aux personnes en situation de handicap et qui lui tenait particulièrement à cœur d’intégrer parmi les douze proposées cette année.

– Si vous deviez pour commencer par pitcher DRIM’in Saclay ?

DRIM’in Saclay, co-organisé avec la CCI de l’Essonne, ce sont des défis proposés par de grands comptes partenaires, à des équipes constituées d’entrepreneurs qui se portent candidats pour les relever. Ils disposent pour cela de deux jours et d’un accompagnement par un coach, sans compter toutes les ressources mises à disposition par l’école CentraleSupélec et son Laboratoire Génie Industriel, en termes de salles, de moyens de prototypage et de présentation pour la restitution finale. La diversité des profils des participants se révèle propice à la formulation de solutions innovantes sinon prospectives.

– Pour cette édition 2019 de DRIM’in Saclay, pas moins d’une douzaine de défis ont été proposés. Un vous tient particulièrement à cœur. Il s’agit de « Trouver des solutions de mobilité électrique pour les personnes en situation de handicap » (défi proposé par EDF). Pourquoi ?

Parce que malgré tous les efforts consentis pour les personnes en situation de handicap, nous sommes encore loin du compte pour leur faciliter la vie au quotidien. Que faire pour améliorer leur sort ? Cette question, je l’avais déjà en tête au tout début de l’aventure de DRIM’in Saclay, que j’avais conçue justement comme un moyen de faire plancher des équipes sur les problématiques de mobilité de ces personnes en situation de handicap.

– Pourquoi avoir attendu cette 5e édition pour proposer un tel défi ?

En proposer un s’est révélé plus compliqué que je ne l’avais pensé. Au cours des deux premières éditions, il nous a d’abord fallu roder le dispositif, gérer les problématiques de logistique. Tant et si bien que cette thématique de la mobilité des personnes en situation de handicap est restée en suspens. Pour la 3e édition, nous étions sur le point de conclure avec un grand compte, qui avait manifesté un intérêt, mais sans aller au bout de la démarche en proposant une thématique dans les temps impartis. En vue de la 4e édition, j’avais concentré mes efforts sur l’insertion des étudiants et doctorants dans le dispositif – j’avais pour cela bénéficié du soutien de Cédric Villani, également très soucieux d’impliquer davantage les jeunes. Dans la perspective de cette édition 2019, j’ai décidé de me retrousser les manches, de façon à ce que soit enfin proposée une thématique relative au handicap, sans préjuger alors que ce serait au regard des enjeux de mobilité.

– Encore fallait-il trouver un grand compte qui soit partant…

J’ai eu la chance de faire une heureuse rencontre lors de la finale de l’édition précédente, avec Maryline Hubert, la chargée de communication d’EDF Lab Paris-Saclay. Je lui avais fait part de mon souhait de proposer cette thématique sur le handicap pour l’édition 2019, sans rien savoir alors de sa propre implication dans les initiatives d’EDF dans ce domaine. Elle m’a aussitôt fait part de son intérêt en me faisant par la suite rencontrer des personnes directement impliquées, à commencer par Alain Schmid, ingénieur de recherche et chef du projet « Coordination Handicap » [ que nous avons eu l’occasion d’interviewer lors de la 3e édition d’Handiversité – pour accéder à l’entretien, cliquer ici ]. Avec lui et le soutien du directeur de l’innovation, Christophe Reinert, nous avons défini la thématique et pu la promouvoir (Christophe en a fait une présentation lors de l’édition 2019 de Techinnov). Aujourd’hui, au moment même où nous réalisons cet entretien, une équipe est en train de plancher avec Alain Schmid au titre de référent EDF. Encore merci à Maryline pour sa propre implication, sans qui ce défi n’aurait pu voir le jour.

– Encore fallait-il que la thématique suscite aussi l’intérêt de participants potentiels. Et c’est, donc, le cas – près d’une demi-douzaine de personnes se sont portées candidates. Pouvez-vous nous en dire plus sur leur profil ? Répondent-ils à l’exigence de diversité ?

Oui, c’est tout à fait le cas, puisque l’équipe est composée de deux inventeurs hors-pair, des génies de l’invention, Philippe Savidan et Jean-René Camara, qui nous font profiter de ce qu’ils ont déjà mis au point en d’autres circonstances. Elle compte aussi des étudiants de CentraleSupélec, un consultant et, enfin, Laure Gatin qui a un profil différent et néanmoins très intéressant, puisqu’elle est chirurgien-orthopédiste de Assistance publique des Hôpitaux de Paris (APHP) ; elle sait se montrer particulièrement attentive à la pertinence de la solution au regard des usages des personnes en situation de handicap.

Lire la suite de cet article sur le site du magazine Media Paris Saclay, rédigé par Sylvain Allemand 

DRIM’in Saclay sur Twitter

À la recherche de d’informations ou d’inspirations ? Retrouvez-nous sur Twitter.